Experts comptables et banques oeuvrent en faveur des TPE

Experts comptables et banques oeuvrent en faveur des TPE

Le Conseil Supérieur de l'ordre des experts-comptables et les Banques de Paris ont tout dernièrement signé à Paris une convention qui permettra aux très petites entreprises d'avoir accès plus facilement au crédit entreprise.

Une convention à l'initiative du CSOEC

 

Agnès Bricard, présidente du CSOEC ou Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables est l'origine du projet de convention entre les experts-comptables et les Banques Populaires. En effet, constatant la difficulté des très petites entreprises de moins de 20 salariés à avoir accès aux crédits nécessaires pour financer leur développement, cette dernière a décidé de leur apporter l'appui de l'ordre de sa profession.
Après la signature de cette convention, l'expert-comptable pourra assurer pour son client la constitution ainsi que la transmission des demandes de financement auprès des agences de la BPCE. Un dossier de financement de la société cliente avec les états prévisionnels d'exploitation et de trésorerie devra pour cela être complété en ligne. Rappelons qu'un annuaire experts-comptables est également disponible en ligne pour toute information.

 

demande-devis-comptable

Un apport de confiance

Plus rassurante pour les banques, l'intervention de l'expert-comptable a pour objectif de ramener le temps de réponse sur les dossiers à quinze jours contre plusieurs mois auparavant. Olivier Klein, directeur général du département Banque commerciale et assurance de la BPCE, a accueilli favorablement la convention passée avec le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables. Il a tenu pour l'occasion à mettre en avant la relation étroite entre les banques et les experts-comptables ainsi que le chiffre de 700 000 petites entreprises travaillant déjà avec le groupe BPCE. Pour une somme comprise entre 25 000 et 150 000 euros, ces micros-crédits appuieront les TPE pour renflouer leur trésorerie, investir dans leur développement ou assurer une transmission d'entreprise. En cas de refus d'une demande de financement, la BPCE transmettra à l'expert-comptable les raisons afin que ce dernier puisse envisager des alternatives.